Ulcères de Jambes

Il y a un bail, j’ai posté une image de mes pieds dans laquelle j’accrochais votre attention sur les ulcères. Vous vous en souvenez pas ? C’est la photo de cet article, voyons !

Cela vous revient ? Voilà !

Je vous ai déjà promis un article sur les ulcères mais, le corps et l’esprit ne se s’accordaient pas. Finalement, on y est sur ce fameux ulcère !

Avant de m’étendre sur ce sujet, laissez-moi vous dire que ce n’est pas du tout facile de prendre conscience des petites douleurs car pour moi, je suis quasi-constamment douloureuse si bien que je me surprends, parfois, à m’étirer et à penser « wow, c’est dingue, je me sens super bien ! ». Bizarre, non ? Ben, non ! dans notre cas, on se sent rarement en forme à 100%, on pète rarement le feu ! c’est la maladie de la douleur et la fatigue chroniques !

C’est ainsi que je ne remarquai pas tout de suite que mon pied gauche me faisait mal jusqu’à ce que je localise une pustule sur la face antérieure de ma jambe gauche, un peu plus haut au-dessus de la cheville. Cela attira mon attention car j’avais rarement des boutons pour ainsi dire, jamais ! Euh… rarement, à cause des morsures d’insectes mais jamais cette sorte de cloque douloureuse !

Je décidai de m’ouvrir à un collègue afin de conclure sur la nécessité de me rendre à la clinique car, vous le devinez bien, je ne suis pas fan des visites trop fréquentes à l’hôpital à moins que ce soit nécessaire. Le bouton me faisait un mal fou, lorsque je me lavais les pieds, comme si c’était situé sur une veine. Cette douleur était parfois lancinante, plus soutenue lorsque je marchais ou quand je palpais la face antérieure de ma jambe. Mon collègue me conseilla de me rendre chez le médecin car un de ses amis a dû être opéré à cause d’une cloque semblable.

Le même weekend, je me rendis en clinique externe et en parlai à mon médecin. J’avais également un peu de fièvre le soir mais, pour la première fois, le médecin regarda à peine ma jambe puis, me prescrit des antibiotiques. Il n’a même pas approfondi son évaluation et, il faut que je souligne que les antibiotiques étaient pour la fièvre et il m’assura tout simplement que c’était une pustule de rien du tout qui s’en ira toute seule. Je rentrais chez moi, dépitée, fiévreuse et pas satisfaite du résultat de la consultation lorsque ma mère appela pour prendre de mes nouvelles. Je lui explique que j’avais la fièvre et que le médecin ne m’a fait faire aucune analyse. Elle m’enjoignit de retourner à la clinique. Perso, j’en avais marre donc, pas du tout envie de retourner à la clinique.

Je prenais les antibiotiques, mais la fièvre persistait, rebelle. Grosse température et forte transpiration quand je prenais une antipyrétique. Le lendemain, je priai Dieu (je suis croyante) et lui dis que je ne retournerai pas à l’hôpital. J’argumentai que j’avais déjà fait ce que j’avais à faire et que maintenant c’était son tour de prendre la relève ! le 3e jour, un ami de la famille me prescrit une potion à base d’aloe et de citron, ce que je fis. J’ai dormi ce soir-là mais, le bouton changeait d’aspect, s’élargissait et devenait purulent. Je l’ai percé mais il se remplissait toujours. Du pus et du sang en sortaient donc, je m’inquiétais. Il fallait que je sache.

Je n’avais aucun nom à mettre sur ma pustule pour faire un peu de recherche mais je me dis que ce n’était pas normal alors, je n’en démordais pas de savoir de quoi il en retournait. Du fait, sur le moteur de recherche Google, je tapai « pustule à la jambe au-dessus de la cheville » en axant sur l’option image et, BOOM !! une photo avec la représentation exacte de mon pied apparu devant moi. Je choisis la photo la plus ressemblante à ma plaie et cliquai sur l’article. Savez-vous de quoi parlait l’article de cette photo ? Ulcères de Jambes!!

Mes amis, si vous avez le cœur sensible, ne regardez pas les photos à moins que vous souhaitiez infecter votre sommeil d’un cauchemar de dingue ! Donc, admirez de préférence mon petit pied qui est beaucoup plus attrayant que ces images du web, lol. Le mien s’est maintenant résorbé et seule une tache, parfois douloureuse au toucher, persiste. J’ai appris que les ulcères de jambes sont l’une des nombreuses complications de la drépanocytose dues aux problèmes de circulations sanguines et de phlébites.

Soyons plus clair : Notre corps a besoin d’oxygène pour assurer ses multiples fonctions et c’est le rôle de nos globules rouges ; grâce à l’hémoglobine qu’ils contiennent, de s’assurer que tout le corps reçoive sa ration de dioxygène nécessaire à son bon fonctionnement. Dans le cas où certains endroits n’en reçoivent pas assez ou pas du tout, les tissus de cet endroit tombent graduellement en pourriture car, la veine n’assure plus son rôle d’approvisionnement en O2 et les déchets qui doivent être évacués y stagnent.

Il y a trois 3 cas de figures :

En temps normal : Les artères apportent l’oxygène aux tissus, et les déchets (toxines) liés à l’activité.

En cas d’obstruction artérielle : Les tissus ne sont plus approvisionnés en oxygène, ce qui entraîne leur nécrose, première étape de l’ulcère.

En cas de stase veineuse : Les toxines produites par les cellules ne sont plus évacuées. Elles provoquent une intoxication des tissus qui se nécrosent, phase initiale de l’ulcère.

En gros, notre sang a pour rôle de transporter des nutriments à notre corps et par la même occasion d’enlever les déchets lie à l’utilisation de ces nutriments en les déposant dans nos reins qui les filtrent, les rejettent sous forme d’urine en épurant le sang. Les artères et les veines servent de canaux pour permettre au sang de transporter ses nutriments aux organes et d’enlever des déchets de ces mêmes organes. Quad la circulation n’est plus trop bien assurée, les déchets restent dans les tissus qui commencent à se gangrener et produisent la plaie qui se nomme ULCERE.

Une fois l’ulcère déclaré, il est difficile, coûteux et éprouvant pour le malade de le traiter tant sur le plan économique (pansements fréquents et médicaments sur une longue durée) et physique (car, c’est douloureux et la guérison requiert de longs repos puisqu’il faut éviter de trop solliciter la circulation défaillante au niveau des jambes).

Dans mon cas, Je buvais encore plus et surélevais mes jambes pour aider en prenant soin de la plaie. Je dis merci à Dieu de m’avoir assisté dans cette épreuve. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si cette complication s’était aggravée et je LUI suis reconnaissante pour ne pas avoir permis au médecin d’inciser ma peau. Je sais que je LUI dois ça. Quelques mois plus tard, lorsque je suis allée en visite ; mine de rien, j’ai montré la cicatrice à mon interniste lui informant que j’avais eu une pustule qui a guéri mais la cicatrice persiste à m’élancer à la cheville :

  • ‘’Laisse-moi l’examiner’’ me répondit-il en prenant son truc pour éclairer. Puis, il s’inquiéta :  »Mais c’est un ulcère ! » Il me palpait la jambe…  »C’est l’une des complications de la drépanocytose et il faut faire attention à ne pas te blesser ou te frapper les jambes car une fois la plaie apparue, ce sera très douloureux et nécessitera une longue prise en charge.’

Je ne relevais pas que j’avais déjà eu la plaie et qu’il n’en avait rien dit lorsque je lui en avait parlé. Au fond de moi, cela m’assura que je n’avais pas perdu les pédales; c’est vraiment Dieu qui m’ a épargné. Il sait que je dois travailler et inciser cette plaie n’aurait fait qu’aggraver ma condition physique et compromettre mon rendement au boulot; le repos me serait néfaste. Aujourd’hui encore, je ne suis pas totalement tirée d’affaire car, j’ai toujours ces élancements mais, je sais de quoi il en est et je suis prête à tout pour prévenir la réapparition de l’ulcère. Je sais que c’est difficile d’éviter cette complication pourtant, il y a toujours des moyens de la prévenir. Vous souhaitez savoir quoi faire ?

D’abord, identifiez si vous êtes à risque, vous le saurez si vous avez souvent des œdèmes, des jambes lourdes, des fourmillements, et des phlébites etc… Puisque la raison première des ulcères de jambes est un manque d’oxygénation lié à une mauvaise circulation au niveau des membres inférieurs, il faudra :

  • Boire toujours beaucoup d’eau
  • Surélever le plus longtemps les jambes, en position assisse ou allongée pour faciliter la circulation
  • Hydrater vos jambes avec des lotion adéquates,
  • Eviter de vous frapper ou de vous blesser (Mon médecin me l’avait dit) !
  • Faire un peu d’exercice comme la marche pour faciliter la circulation.
  • Porter des bas de contention qui permettront de régulariser la circulation sanguine au niveau des jambes.
  • Si vous avez les jambes pleines, préconiser le sport pour en perdre du gras à ce niveau
  • Jouez un peu les chevilles lorsque vous êtes en position allongée ou assise.

Notez que, vous n’êtes pas épargnés bien que vous ne soyez pas drépanocytaires.

Allez, Je crois en vous !!

Documentation: https://www.ulcere-de-jambe.com/plaie/mecanismes-de-formation/

https://www.hug-ge.ch/plaies-cicatrisation/comment-prevenir-ulceres

https://www.cochrane.org/fr/CD008394/les-traitements-des-ulceres-de-jambe-chez-les-personnes-atteintes-de-drepanocytose

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s